GMDT, une mise au point

Pour télécharger le tract : GMDT CGT 122017

La CGT n’a pas pour habitude de répondre lorsqu’elle est ciblée dans des                communications émanant d’autres Organisations Syndicales. Sa raison d’être étant de défendre les intérêts des salariés, pas de combattre un syndicat…

Cependant parfois la calomnie ne peut rester sans réponse.

Nous soulignons néanmoins dans ces communications au moins 2 vérités, à savoir la reconnaissance par ce syndicat qu’avoir signé le protocole de 1995 constituait une erreur de sa part ainsi que l’aveu de délaissement de la catégorie B2…

Les salariés concernés apprécieront ce double mea culpa sachant que les protocoles  successifs entérinés par ce syndicat ont généré la suppression de près de 400 postes B2, ont introduit «le Choix» et la mise en place des fourchettes dans le déroulement de carrière, et ce en remplacement des mesures automatiques liées à l’ancienneté.

 Ainsi, ce syndicat qui n’a jamais œuvré pour les GMDT se positionne maintenant en grand défenseur de la catégorie B2 et met en injonction la CGT de retirer sa signature du protocole de 2013 et de son avenant n°1.

Il est vrai que les élections professionnelles approchent !

Oui, la CGT a signé le protocole organisant l’activité des GMDT  en 2013 ainsi que son avenant en 2017, et pour cause…

A la signature du protocole en 2013, tous les chefs de manœuvre ont bénéficié d’une  nomination au niveau supérieur, parfois 2 avancements dans la même année (avancement prévu + dispositions du protocole). De plus, un raccourcissement des fourchettes pour les niveaux 9 et 10, ainsi qu’une augmentation de 6 points pour les niveaux 11 et 12 ont été actés.

Au titre de ce protocole, 13 B2 ont été nommés maîtrise à titre personnel, 18 colonnes positionnées maîtrise ont été créés, plus 6 supplémentaires lors de la signature de l’avenant. Soit un total de 37 nouveaux Agents de Maîtrise.

A la CGT nous assumons ces nominations !

 Pour rappel, l’accès aux colonnes maîtrise, au métier de Gestionnaire de Terminus et aux fonctions d’AMP sont maintenant accessibles aux GMDT justifiant de 10 années de qualification contre 12 auparavant. Cela aussi nous l’assumons.

Actuellement, plus de 50% des agents qualifiés B2 sont Agent de Maîtrise…la seule catégorie du réseau avec un tel pourcentage d’encadrants. Nous l’assumons tout autant.

En 2018 et 2019, 6 GT seront inscrits dans un parcours de Chef de Régulation via une  qualification d’AMP qui sera acquise quel que soit le résultat de la formation CREG.

Ainsi le protocole et son avenant en proposant ces trajectoires professionnelles offrent de nouvelles perspectives et reconnaissent les compétences des GMDT.

Concernant l’ouverture du recrutement aux candidats extérieurs, oui la CGT-RATP a été à l’initiative de ce changement.

Nous ne pouvons pas défendre à longueur d’année les effectifs, les conditions de travail et soutenir l’idée que les portes de l’entreprise doivent être fermées à celles et ceux qui recherchent un emploi.

Ce choix doit permettre d’avoir des effectifs au bon niveau et de pérenniser le métier par apport de jeunes embauchés.

Ne nous trompons pas, cette mise au point n’est absolument pas un satisfecit de la part de la CGT, on se doit toujours faire plus et mieux pour défendre les intérêts des agents.

Lors de ces négociations nous avons porté un certain nombre de revendications comme le positionnement de tous les GMDT sur des colonnes maîtrises ainsi qu’un abaissement des fourchettes. La Direction en a décidé autrement.

La signature d’un protocole ne peut jamais être l’obtention de toutes les revendications mais est bien l’acceptation d’un compromis de la part des différentes parties.

Au regard des avancées pour les agents et de la pérennisation de la filière, le compromis était pour nous acceptable, c’est en ce sens que nous avons apposé notre signature.

Certains véhiculent l’idée qu’il aurait été préférable de laisser les agents sans        protocole, sans règles d’utilisations, sans recrutements, sans déroulement de carrière et sans perspectives…marquant à terme la fin de la sous filière !

Ce n’est pas notre point de vue.

 La CGT-RATP restera vigilante quant à la bonne application du protocole de 2013 et de son avenant n°1 et s’attachera à toujours défendre les intérêts des B2 en portant leurs revendications et en faisant évoluer les protocoles dans le bon sens.

 

 

Les commentaires sont fermés.