NG N°59-99 AMP irresponsable, NON!

Pour télécharger le tract : Tract séance CHSCT MTS

Le 15 mai 2018, 2 élus de l’UNSA-RATP au CHSCT  de MTS, déposaient une demande de séance  extraordinaire pour le motif suivant :

« Le 12 Mai 2018, au trottoir de Mairie de Montrouge sur la Ligne 4, un conducteur en remontant son train découvre un sac de sport abandonné. La phase de lever de doute se limite alors à l’envoi du sous-chef. Ce dernier sans hésiter ouvre l’objet abandonné. Cette attitude irresponsable et le non-respect de la note 59-99 soulèvent des interrogations. C’est pour cela que conformément à l’article 4614-10 du code du travail, nous demandons la tenue d’une séance extraordinaire. »

La séance extraordinaire s’est tenue le vendredi 13 juillet 2018 et l’UGICT/CGT-RATP tient à réagir à cette demande.

En préalable, nous tenons à réaffirmer que la sécurité physique des voyageurs et des agents doit primer sur toute autre considération, il ne peut y avoir de contradiction à cela.

Oui, nos réseaux sont des lieux sensibles face à la menace terroriste, nous avons déjà été la cible de ces actes odieux dans le milieu des  années 90; attentats de Port-Royal et de Saint-Michel.

Face à cette menace, pour exercer notre métier, nous agents  d’encadrement de l’exploitation, de quoi disposons-nous ?

De la note générale N°59-99. C’est bien peu.

Dans cette note rien n’est figé, d’ailleurs son objet est d’attirer l’attention du personnel…

Il ne s’agit pas d’une procédure, comme nous pouvons en connaitre en terme de formalisme pour d’autres interventions où les actions prescrites s’enchainent selon un ordre bien établi.

D’ailleurs, sur ce sujet, comment figer les choses sachant que la menace terroriste peut frapper partout, n’importe quand et surtout de n’importe quelle façon.

Alors oui, la prudence des agents doit être de mise.

Dans le libellé de la demande de séance extraordinaire, il est fait état de : « l’attitude irresponsable du sous-chef ».

Face à des sujets aussi graves, nous pensons qu’il faut rester mesurés à l’endroit des salariés qui ne font que leur travail et selon les circonstances, parfois dans l’urgence.

Non, notre collègue n’est pas un irresponsable, c’est un AMP qualifié qui est à l’exploitation depuis plus de 10 ans et qui a été confronté à ces situations des dizaines de fois.

Nous l’affirmons c’est en pleine responsabilité qu’il a agi.

Signalons que lors de la séance extraordinaire, la Direction de son    unité ainsi que le représentant du Département ont pointé la qualité de son intervention. CQFD !

Dans ce contexte, est-ce que tous les objets oubliés que l’on découvre sur le réseau sont des colis suspects ? A priori non.

Nous avons toutes et tous été confrontés à ces situations, à ce moment où il faut prendre une décision…En fait d’un sac de sport, selon les éléments de l’enquête, il s’agissait d’un petit sac à dos d’enfant !

Il faut replacer le contexte dans lequel l’intervention de l’agent  d’encadrement se déroule lors du signalement d’un objet découvert sur nos réseaux.

L’agent est soumis à une triple pression :

Pression de la continuité du service, pression de la production du service et pression de sa direction.

Il agit toujours dans l’urgence et fait toujours au mieux avec les moyens et les informations dont il dispose.

Ainsi, il est toujours facile d’en faire une analyse a posteriori en petit comité, dans des bureaux feutrés et de dire qu’il aurait fallu faire autrement.

Nous affirmons, à l’UGICT/CGT-RATP, que le sous-chef n’a pas failli, qu’il a respecté la règlementation à la lettre et nous lui apportons tout notre soutien.

A ce sujet, nous invitons les salariés à prendre connaissance du procès-verbal de cette séance, tout y est tracé.

Nous nous interrogeons donc, sur la réelle motivation des représentants de l’UNSA-RATP quant à la formalisation de cette demande de séance extraordinaire.

Nous sommes toujours étonnés de constater qu’une organisation syndicale se dresse contre un salarié de l’entreprise alors que sa raison d’être est de défendre les agents et leurs intérêts.

Il est vrai que nous sommes en campagne électorale, mais cela ne doit pas permettre tous les excès, toutes les dérives.

Nous préférerions, à l’UGICT/CGT-RATP, nous retrouver avec les autres organisations syndicales dans un front syndical uni, afin de défendre les salaires, nos retraites, les emplois et les conditions de travail des salariés de notre entreprise.

L’UGICT/CGT-RATP organisation syndicale spécifique de la CGT pour l’encadrement, pour défendre les intérêts et porter les revendications de l’encadrement.

 

Les commentaires sont fermés.