OPERA Un petit air de DIAPASON !!!

Pour télécharger le tract : 2018-09-20 – Projet OPERA

Encore une fois, l’objectif est bon mais c’est la finalité et la méthode qui nous posent
problème.
Que les agents du CRIV soient traités avec plus d’équité, nous ne pouvons qu’y être favorables, MAIS que cela serve les objectifs de la direction en faisant de la productivité sur le nombre d’agents dans les différents métiers du CRIV, nous y serons TOUJOURS opposés !!!
Car toutes les « bonnes ambitions » du projet OPERA ne font que cacher la volonté du
département BUS de continuer à faire des économies sur le dos de l’encadrement.
Parlons des grilles des Régulateurs. Les quatre (4) jours de repos manquants dans les grilles n’ont pour objectif que de permettre d’augmenter le nombre de Journées Agents (JA) travaillées et de justifier les suppressions d’effectifs prévues.
Quatre (4) jours multipliés par le nombre de Régulateurs et divisés par 206 jours (une année de travail théorique) donnent le nombre d’agents qui pourront être supprimés à l’effectif.

Alors, OUI ces jours pourront être posés et récupérés plus tard MAIS EN FONCTION DES BESOINS DE COUVERTURE DES SERVICES !!!
Et comme le CRIV a énormément de mal à trouver des volontaires pour venir y travailler, il est illusoire d’être optimiste sur les possibilités d’accord de ses journées.
Parlons maintenant de la réduction du nombre de numéros d’ordre (jusqu’à 8 dans une des salles) dans les grilles de repos.

La direction a beau nous parler de la possibilité de mettre plusieurs agents sur
le même numéro d’ordre, il devient impossible de vérifier que le nombre
d’agents du CRIV reste bien le même d’une période sur l’autre.
Les besoins de couvertures de services sont déjà bien assez compliqués à
assurer en respectant les périodes d’Activités Hors Pupitre (Visites sur le terrain, formaon …) aujourd’hui. Comment peuvent‐ils justifier la volonté de réduire le nombre d’agents à l’effectif ?
C’est par la mobilisaon des agents du CRIV lors du conflit du mois du juin 2015 (95% de grévistes sur les 2 jours) que nous avons obtenu 36 postes supplémentaires (30 Régulateurs, 3 Informateurs Voyageurs et 3 Superviseurs) et il est temps de rappeler à la direction que nous avons de la mémoire et qu’aujourd’hui tout autant qu’hier nous ne
les laisserons pas provoquer une énième détérioration de nos conditions de travail.
Le 9 octobre 2018, dans le cadre d’un mouvement social, national et interprofessionnel, la CGT RATP a déposé un préavis de grève contre les suppressions de postes, la dégradation de nos conditions de travail et pour le respect de la qualité du service
public que nous devons à nos usagers.
Un rassemblement, pour les agents RATP, aura lieu à 10h30 au siège de la RATP à Lyon Bercy et sera suivi d’une manifestation à partir de 14h à Montparnasse.

Rejoignez‐nous dans cette lutte pour répondre aux attaques de la direction contre nos conditions de travail et de vie au travail et nous opposer au déploiement du projet OPERA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *