RDCE : Non signature de l’avenant n°2

Pour télécharger le tract : Tract RDCE non signature avenant

A fin de faire suite aux engagements actés lors de la négociation annuelle portant sur les mesures salariales, à savoir une augmentation de 2,8 points des coefficients de référence (environ 18 €, soit 0,35 à 0,8 % pour un agent de maîtrise et 0,25 à 0,6 % pour un cadre), une pluri syndicale de négociation s’est tenue le 17 avril.
Un second avenant au protocole Rémunération et Déroulement de Carrière de l’Encadrement (RDCE) était donc proposé aux organisations syndicales représentatives.

Seule la CFE-CGC a signé cet avenant n°2 au protocole, ce qui est insuffisant pour le valider.

L’UGICT/CGT-RATP n’a pas apposé sa signature sur ce texte.
Pourquoi ?
Disparition des grilles…
Ce texte entérinait la mise à mort des grilles de salaire des encadrants.
La Direction rêvait depuis longtemps de mettre fin à ce dernier repère collectif que sont les grilles des coefficients de référence de l’encadrement, les signataires de cet avenant l’auraient donc fait !
Cet acte aurait laissé des traces indélébiles sur les futurs déroulements de carrière des encadrants !
Plus aucune visibilité, plus aucun repère et quid des commissions de classement. La disparition des grilles serait la dernière étape avant l’individualisation totale des niveaux d’embauche et des avancements.
Il y avait là un vrai danger !

Il y a pourcentage et pourcentage…
Si les avancements compris entre 3 et 6 % pour les maîtrises et techniciens supérieurs, 3 et 7 % pour les cadres, par unité de 0,5 % étaient maintenus, l’articulation proposée était elle modifiée. Actuellement, les grilles sont construites de façon verticale avec des « pas » de 0,5 % (voir tableau ci-contre). Ainsi, un avancement de 5 % représente concrètement 10 avancements de 0,5 %, ce qui est sensiblement supérieur à un avancement de 5 %.
Comment, va se positionner maintenant la Direction pour tenir ses engagements et intégrer les 2,8 points dans les grilles des coefficients de référence de l’encadrement ?
Nous attendons ses propositions…

Dans un contexte de transformation profonde de l’entreprise, où l’on demande toujours plus à l’en-cadrement cet avenant aurait été un nouveau coup porté à ces catégories de personnel.
L’encadrement aurait été une nouvelle fois dé-considéré après l’attaque d’une brutalité sans précédent qui a porté sur la remise en cause des tableaux de retraite spécifiques.
On ne peut pas indéfiniment attendre toujours plus de ses salariés en leur donnant toujours moins.
Pour l’encadrement la coupe est pleine !

Isolés nous ne pouvons rien, rassemblés nous pouvons beaucoup…nous invitons donc les salariés à rejoindre massivement l’UGICT/CGT-RATP, organisation syndicale spécifique pour l’encadrement, afin que collectivement nous puissions décider de notre avenir.

Les commentaires sont fermés.