La lettre de l’encadrement juillet 2020

Pour télécharger la lettre : lettre_encadrement

Jour d’après ?
L’UGICT/CGT-RATP déconfine sa lettre de l’encadrement et vous la lirez telle qu’elle s’apprêtait à partir à la veille du confinement.
À cette époque, le Gouvernement, tout entier mobilisé à passer sa réforme des retraites et à préparer l’élection municipale, écartait tout risque pandémique dans notre pays. Bien mal lui en a pris, l’emballement de l’épidémie rendant finalement nécessaire le confinement de la population entière pour deux mois dans une impréparation totale dont l’absence de masques restera la marque de l’incurie.
Chacun.e a fait cette expérience inédite et singulière d’une « assignation à résidence » et chacun.e l’a probablement vécue différemment entre difficulté et facilité dans une grande variété de situations :
avec ou sans enfants, seul.e ou en couple, en télétravail / chômage partiel / sur site / en garde d’enfants…
Surtout, il y a celles et ceux qui ont contracté le virus et ont dû faire face à la maladie parfois durement, parfois même au prix de leur vie. L’UGICT/CGT-RATP a une pensée émue pour nos collègues décédés et pour leurs proches.
Pour l’heure, la situation sanitaire en France bénéficie des effets du confinement mais la COVID-19 gagne du terrain à l’échelle mondiale et le risque d’une deuxième vague en France ne peut être exclue. La vigilance doit rester la règle.
Nous aurons rapidement à nous exprimer plus largement sur la situation économique et sociale de l’entreprise où il y a fort à craindre que, sans mobilisation des salarié.e.s, le jour d’après ressemble au jour d’avant… en bien pire : poursuite de l’ouverture à la concurrence, reprise d’un LYBY+ contraire aux impératifs sanitaires nouveaux, plan
d’économie annoncé de 50 M€, renégociation du contrat avec une IdFM en risque de cessation de paiement et retour d’une réforme des retraites qui entendait indexer les pensions sur la croissance du PIB (-11% prévus pour 2020)… no comment !
Sans attendre, l’UGICT/CGT-RATP souhaite faire avec vous le bilan du télétravail dont beaucoup ont fait l’expérience forcée durant quinze semaines.
Convaincue que l’accord télétravail a considérablement vieilli, la CGT souhaite sa renégociation dès la rentrée de septembre et demande, avec les autres OS signataires de l’accord, son extension aux agents aux horaires variables.
Afin de gagner de nouveaux droits et garanties en matière de télétravail, remplissez la
consultation en ligne pour faire le bilan du télétravail exceptionnel et recueillir vos attentes pour l’avenir.
https://teletravail-ratp.limequery.com/552276

Pour lire la suite télécharger le lettre…

La lettre de l’encadrement

Pour télécharger la lettre : lettre_encadrement_n°4 (4)

La transformation de l’entreprise s’engage à marche forcée avec une rapidité inédite.
L’EPIC disparaît de plus en plus derrière le groupe. La récente création de noms de
marque participe à ce remodelage amenant la plus grande confusion et les plus vives
inquiétudes dans l’Encadrement comme pour l’ensemble des salariés.
Le dialogue social dans l’entreprise n’a jamais été aussi « déplorable ». A l’instar
d’autres dans le pays, la direction mise sur la fin des corps intermédiaires, ces
empêcheurs de privatiser librement ! Ce constat est partagé par l’ensemble des
organisations syndicales représentatives qui ont quitté les négociations sur le droit
syndical.
Nombre de dossiers, dans la période qui s’ouvre, auront des impacts sur votre vie :
Les négociations salariales, le plan de productivité Diapason, l’ouverture à la
concurrence avec la filialisation programmée de BUS et de MRB, la transformation
des ingénieries, la généralisation des flexoffice et bien sûr la réforme des retraites…
Dans ce contexte, les élections professionnelles qui se dérouleront du 22 au 28
novembre revêtent une importance toute particulière.
Laisserons-nous la direction de l’entreprise détruire ce bien commun qu’est l’Entreprise
publique de service public ?
Voter pour les candidats de la CGT et de son UGICT c’est la garantie d’un syndicalisme
qui propose et qui s’oppose sans jamais renoncer.
Vous pouvez compter sur la CGT, la CGT compte sur vous !

Pour lire la suite télécharger la lettre…

 

la lettre de l’encadrement n°3

Le 1er janvier 2025, 17 000 salariés quittent l’EPIC !

Depuis des mois et actuellement lors des séminaires « Transformation Days »
réunissant les cadres de l’entreprise, la direction répète inlassablement qu’il n’y a
aucune alternative à l’ouverture à la concurrence.
Ceux qui pensaient qu’en gagnant les appels d’offres (AO) dit défensifs, c’est-à-dire
ceux concernant le réseau historique BUS, les lignes et dépôts de bus resteraient
dans l’EPIC, ont eu la douloureuse surprise de découvrir lors de ces rencontres que la
réponse à ces AO se ferait par une filiale dédiée comme pour la ligne de tramway T9.
Le schéma serait le suivant : La RATP créerait une filiale de 1er rang, dont le nom n’est
pas encore défini, un genre de RATP DEV Ile-de-France, à laquelle seraient rattachées
des filiales de second rang pour chaque AO remporté. C’est donc l’ensemble du réseau
BUS qui sera filialisé, même en remportant la totalité des appels d’offres ; soit 17 000
salariés de BUS et de MRB hors de l’EPIC.
À cette question, la direction se veut rassurante, par la voix de Philippe Martin, Directeur général adjoint : « Mais tout ça, c’est pareil ! Toutes ces filiales seront 100% EPIC. »
pour lire la suite télécharger la lettre : Lettre encadrement N°3