Lettre de l’encadrement n°10

La RATP à la croisée des chemins…
Il faut généralement se garder d’user de formules solennelles mais chacun
comprendra que la RATP vit un moment singulier de son histoire.
La Direction de l’entreprise souffle le chaud et froid, en instrumentalisant
la proximité de l’ouverture à la concurrence.
La recherche de productivité est partout : dénonciation de l’accord sur le temps et
les conditions de travail des machinistes ; projets de filialisation à MRB, CGF ou GIS ;
réorganisation complète de l’entreprise au 1er janvier, suppression de 150 postes /
an dans les fonctions support (Diapason), densification des espaces tertiaires
(LYBY+, VB+), menace sur le déroulement de carrière…
À tous les niveaux de l’entreprise, la désorientation et la désapprobation
gagnent les agents. Les encadrants sont de plus en plus renvoyés à un rôle
d’exécution supérieure ; leur professionnalisme est empêché.
Des élections professionnelles auront lieu du 22 au 26 novembre prochain. Le scrutin
de 2018 avait été marqué par un fort recul de la participation en s’établissant à 45% (moins 20 points). Dans un contexte de brutale transformation de l’entreprise, il est capital que chacun.e s’exprime ; ne pas voter, c’est valider la politique d’une
Direction qui ne laisse désormais aucune place au compromis.
A l’inverse, voter CGT, c’est envoyer un message fort à la Direction : nous
n’accepterons pas tous les sacrifices au nom de la concurrence !
Pour lire la suite : lettre_encadrement_n°10-2

Les commentaires sont fermés.