Accord rémunération de l’encadrement : déclaration du 13 juin

À vous toutes et tous qui êtes mobilisé.e.s ce jour et qui, pour un grand nombre
d’entre vous, l’étiez déjà le 25 mai dernier, je n’ai nullement besoin de vous
convaincre que le nouvel accord portant sur la Politique de Rémunération de
l’Encadrement est extrêmement régressif et n’offre presqu’aucune garantie.
Les enveloppes minimales d’avancement, 1,5% de la masse salariale pour les
maîtrises et 1,8% pour les cadres, sont en baisse de 44% pour les premiers et de
33% pour les seconds. Et encore, elles pourront être davantage amputées si la
Direction invoque des « difficultés économiques majeures » sans qu’elle ait
besoin de se justifier. Au-delà de cela, les départements fixeront les niveaux de
consommation de leurs enveloppes dans le respect de la note de cadrage écrite
par la seule Direction générale -je n’invente rien, c’est écrit en toutes lettres dans
l’article 4.2 de l’accord. À l’avenir, si la RATP décidait de n’augmenter personne,
aucun recours juridique ne serait possible !

Lire la suite : 2022-06 – Prise de parole 13 juin 2022

Les commentaires sont fermés.