Lettre de l’encadrement n°10

La RATP à la croisée des chemins…
Il faut généralement se garder d’user de formules solennelles mais chacun
comprendra que la RATP vit un moment singulier de son histoire.
La Direction de l’entreprise souffle le chaud et froid, en instrumentalisant
la proximité de l’ouverture à la concurrence.
La recherche de productivité est partout : dénonciation de l’accord sur le temps et
les conditions de travail des machinistes ; projets de filialisation à MRB, CGF ou GIS ;
réorganisation complète de l’entreprise au 1er janvier, suppression de 150 postes /
an dans les fonctions support (Diapason), densification des espaces tertiaires
(LYBY+, VB+), menace sur le déroulement de carrière…
À tous les niveaux de l’entreprise, la désorientation et la désapprobation
gagnent les agents. Les encadrants sont de plus en plus renvoyés à un rôle
d’exécution supérieure ; leur professionnalisme est empêché.
Des élections professionnelles auront lieu du 22 au 26 novembre prochain. Le scrutin
de 2018 avait été marqué par un fort recul de la participation en s’établissant à 45% (moins 20 points). Dans un contexte de brutale transformation de l’entreprise, il est capital que chacun.e s’exprime ; ne pas voter, c’est valider la politique d’une
Direction qui ne laisse désormais aucune place au compromis.
A l’inverse, voter CGT, c’est envoyer un message fort à la Direction : nous
n’accepterons pas tous les sacrifices au nom de la concurrence !
Pour lire la suite : lettre_encadrement_n°10-2

Lettre de l’encadrement n°8

Un monde d’après…les dogmes d’avant !
Les étymologies grecque et chinoise du mot crise (respectivement krisis et Wei-ji), quoique distinctes, renvoient dans les deux cas à une double signification : danger et décision.
La crise porte le danger et invite à faire des choix pour reconfigurer notre futur
(le « monde d’après »).
Malheureusement, les déclarations d’un Président de la République découvrant au
plein coeur de la crise que le service public hospitalier n’a pas de prix, comprendre qu’il n’est pas une marchandise, ne suffisent pas à rompre avec l’ordre libéral. Au contraire, la crise est souvent mise au service de la conservation de cet ordre (cf. La stratégie
du choc théorisée par Naomie Klein).

Pour lire la suite télécharger la lettre : lettre_encadrement_n°8

La lettre de l’encadrement juillet 2020

Pour télécharger la lettre : lettre_encadrement

Jour d’après ?
L’UGICT/CGT-RATP déconfine sa lettre de l’encadrement et vous la lirez telle qu’elle s’apprêtait à partir à la veille du confinement.
À cette époque, le Gouvernement, tout entier mobilisé à passer sa réforme des retraites et à préparer l’élection municipale, écartait tout risque pandémique dans notre pays. Bien mal lui en a pris, l’emballement de l’épidémie rendant finalement nécessaire le confinement de la population entière pour deux mois dans une impréparation totale dont l’absence de masques restera la marque de l’incurie.
Chacun.e a fait cette expérience inédite et singulière d’une « assignation à résidence » et chacun.e l’a probablement vécue différemment entre difficulté et facilité dans une grande variété de situations :
avec ou sans enfants, seul.e ou en couple, en télétravail / chômage partiel / sur site / en garde d’enfants…
Surtout, il y a celles et ceux qui ont contracté le virus et ont dû faire face à la maladie parfois durement, parfois même au prix de leur vie. L’UGICT/CGT-RATP a une pensée émue pour nos collègues décédés et pour leurs proches.
Pour l’heure, la situation sanitaire en France bénéficie des effets du confinement mais la COVID-19 gagne du terrain à l’échelle mondiale et le risque d’une deuxième vague en France ne peut être exclue. La vigilance doit rester la règle.
Nous aurons rapidement à nous exprimer plus largement sur la situation économique et sociale de l’entreprise où il y a fort à craindre que, sans mobilisation des salarié.e.s, le jour d’après ressemble au jour d’avant… en bien pire : poursuite de l’ouverture à la concurrence, reprise d’un LYBY+ contraire aux impératifs sanitaires nouveaux, plan
d’économie annoncé de 50 M€, renégociation du contrat avec une IdFM en risque de cessation de paiement et retour d’une réforme des retraites qui entendait indexer les pensions sur la croissance du PIB (-11% prévus pour 2020)… no comment !
Sans attendre, l’UGICT/CGT-RATP souhaite faire avec vous le bilan du télétravail dont beaucoup ont fait l’expérience forcée durant quinze semaines.
Convaincue que l’accord télétravail a considérablement vieilli, la CGT souhaite sa renégociation dès la rentrée de septembre et demande, avec les autres OS signataires de l’accord, son extension aux agents aux horaires variables.
Afin de gagner de nouveaux droits et garanties en matière de télétravail, remplissez la
consultation en ligne pour faire le bilan du télétravail exceptionnel et recueillir vos attentes pour l’avenir.
https://teletravail-ratp.limequery.com/552276

Pour lire la suite télécharger le lettre…